Accueil Lisieux Le Havre

RCF 61 Janvier 2017


    Bonjour mes chers amis,

 en ce début de janvier 2017, je veux tout d’abord vous souhaiter une année la plus sereine possible, avec une santé qui ne vous joue pas de tour.

    Je vais commencer mon propos avec un retour sur Noël, heureuse fête où Dieu choisit la présence et la proximité.

Dieu est entré dans notre histoire comme nous, par une naissance comme nous en avons vécu une. Jésus était-il blond ? brun ? bouclé ? Le silence de l’Evangile nous permet de l’imaginer comme nous le souhaitons.

Dieu a voulu nous surprendre en ne prenant pas le chemin du merveilleux ou du miraculeux mais celui de la présence qui sera suivie par la Parole puis par les actes du salut donné à tous les hommes, de la crèche au crucifiement.

Notre prière devant la crèche se doit d’être une immense action de grâce car cette divine naissance humaine divinise en quelque sorte notre humanité. Reconnaissons notre dignité quand nous désespérons de nous-mêmes et du monde et n’oublions pas que Dieu a voulu en faire partie et qu’il a travaillé ce monde comme un ferment travaille la pâte.

Comment vivre Noël aujourd’hui ? En nous rendant présents au monde, à nos frères qui se sentent seuls ou diminués, en nous rendant proches de ceux qui sont exclus d’une fête familiale et mondaine. Oui, une visite, une invitation sont un rayon de soleil dans leur vie, la joie d’une présence.

Etty Hillsum, jeune victime juive du nazisme comme Anne Franck, nous dit dans ce qu’on pourrait appeler son journal de foi « Les gens sont pour moi des maisons aux portes ouvertes…. On devrait faire d’elles des sanctuaires pour Toi, mon Dieu !... Je te chercherai un logement et un toit dans le plus grand nombre de maisons possibles… Il y a tant de maisons inhabitées, je t’y introduirai. »

Soyons des témoins heureux de leur vie avec le Seigneur, et comme nous le dit saint Jean, c’est à l’amour que nous avons les uns pour les autres qu’on nous reconnaîtra.

Un autre sujet un peu brûlant me vient à l’esprit : l’année 2017 est une année doublement électorale et nous devons nous mobiliser et nous informer pour les scrutins présidentiel et législatif à venir.

En tant que membres du Mouvement Chrétien des Retraités, nous appartenons pleinement à la société civile et nous devons être acteurs dans cette société civile. Les élections présidentielle et législative sont des moments importants de la démocratie. Voter est un acte simple et important du « vivre et agir dans la cité » qui anime notre Mouvement.

Dans un document paru en octobre dernier intitulé « Dans un monde qui change retrouver le sens du politique » la conférence des évêques de France nous dit pourquoi nous devons nous intéresser aux élections de notre pays.

« Tout simplement parce que les catholiques, citoyens à part entière, qui vivent eux aussi ces transformations au milieu de leurs contemporains, ne peuvent se désintéresser de ce qui touche à la vie de la société, la dignité et l’avenir de l’homme. »

Le pape François, dans son encyclique « laudato si »nous demande de nous impliquer dans l’avenir de notre planète : « J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète. Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons et ses racines humaines nous concernent et nous touchent tous. »

Dans une société sous tension, où le sens fait trop souvent défaut, le vivre ensemble semble de plus en plus difficile ! Cette période d’élections présidentielle et législative nous rappelle combien les espaces de dialogue, de débat de fond sont importants pour ne pas rester isolé face à des discours qui peuvent porter atteinte à le dignité humaine.

L’évangile, les encycliques du pape François et les publications de la Conférence des Evêques de France sont porteurs de valeurs d’accueil, d’ouverture, de partage, de dialogue indispensables au vivre ensemble et facteurs d’espoir et de paix.

Participons aux rencontres d’information sur ces différentes échéances électorales, n’ayons pas peur de participer aux débats de donner notre opinion et nos convictions car avant de voter tout citoyen doit s’informer et les mouvements d’action catholique, ce que nous sommes, peuvent et doivent participer à éclairer les consciences.

Notre monde est malade, nous le savons bien, et notre action première pour essayer de faire bouger les choses est la prière et je vous offre ce beau texte de Jean Debruynne :

La paix aurait pu être une fleur sauvage, de ces fleurs des champs que nul  ne sème ni ne moissonne.
La paix aurait pou être une de ces fleurs des prés que l’on trouve toute faite un  beau matin au bord du chemin, au pied d’un arbre ou au détour d’un ruisseau.

Il aurait suffi de ramasser la paix comme on ramasse des champignons ou comme on cueille la bruyère ou la grande marguerite.

Au contraire, la paix est un travail, c’est une tâche. Il faut faire la paix comme il faut des années pour faire une rose et des siècles pour faire une vigne.

La paix n’existe pas à l’état sauvage: il n’y a de paix qu’à visage humain.


Au revoir et bonne année, sur RCF 61, bien entendu.