61

Accueil mcr61 MCR National CIL


RCF61 Avril 2021


  Bonjour, mes chers amis. J’imagine que les beaux jours du printemps vous rendent la vie plus joyeuse.

  Il y a quelques années, un ami s’était étonné de m’entendre lui souhaiter « Joyeuses Pâques » plus tard que le jour de la fête de Pâques. Mais nous sommes dans le « temps de Pâques » qui commence avec la Veillée Pascale. Auparavant, la Semaine Sainte a fait la transition entre le temps du Carême (ornements violets) et le temps de Pâques (ornements blancs). La fête des Rameaux, très prisée dans nos campagnes, nous fait entrer sans fioritures dans le temps de la Passion. Aujourd’hui, on est passionné par un roman, par un film, mais n’oublions pas le sens originel du mot « Passion » : c’est la souffrance.

  Le Christ nous aime à en mourir dans de grandes souffrances pour nous mener vers son Père, en nous montrant les gestes à faire le Jeudi Saint. Ce soir-là, quoi de plus normal que de partager le repas de la Pâque avec ses amis? Mais ce repas change la face du monde, Jésus se fait serviteur pour que nous fassions de même et il se donne à nous, il nous partage son corps, il nous donne sa vie. Il donne aux apôtres la mission de perpétuer ce geste pour faire mémoire du dernier repas du Christ. Il s’est donné, nous devons nous donner aussi à nos frères pour que vive la Bonne Nouvelle de sa vie offerte.

  Le Vendredi Saint, ornements rouges comme le dimanche des Rameaux et de la Passion, le rouge du sacrifice, le rouge de l’amour. Ce jour-là, tous les regards se tournent vers la croix : moqueurs, hautains, suppliants, compatissants, pleins de détresse et de tristesse…. Sur la croix, les yeux du Christ se tournent vers son Père, chargés d’angoisse, d’amour, de foi. N’oublions  pas que le Christ était homme et que c’est en tant qu’homme qu’il a affronté les souffrances de la crucifixion. Mais la Foi et la Confiance sont plus fortes que l’angoisse et lui donnent la force d’aller jusqu’au bout.

  Cette année, la Veillée Pascale se transforma dans beaucoup de paroisses en « aube pascale ». La nuit du samedi saint au dimanche de Pâques est la plus importante pour les chrétiens : nous célébrons le Christ qui traverse la mort pour renaître à la vie. Nous nous sommes rassemblés, une cinquantaine de paroissiens, dans l’obscurité, au petit matin, avons relu l’histoire du salut, d’Adam aux prophètes vers la lumière du ressuscité, puis nous avons rejoint nos foyers à la lumière du soleil levant, c’était magnifique !

  OUI, il est vraiment ressuscité, laissons éclater notre allégresse, que l’espérance nous habite et que la confiance soit triomphante ! Les ornements du prêtre resteront blancs jusqu’au mois de juin, pour mettre en valeur cette période de gloire divine.

  Depuis quelques années, le dimanche qui suit la fête de Pâques, que nous appelions dimanche de Quasimodo, est dédié à la miséricorde divine.

  Oui, le Christ est plein d’amour et de miséricorde lorsqu’il se manifeste aux apôtres, et surtout à Thomas malgré son scepticisme car, au-delà de nos manques de foi, le Christ sait que nous pouvons accueillir la tendresse de Dieu.

  Dimanche dernier, 3ème dimanche de Pâques, le Christ se veut rassurant, il nous redit « La paix soit avec vous. » il nous dit de ne pas avoir peur. Oui, il ne faut pas avoir peur et, emplis de l’espérance conférée par la résurrection du Christ, nous sommes envoyés comme témoins de sa résurrection. « A vous d’en être témoins. » Le message a le mérite d’être clair !

  N’oublions pas que, par notre baptême, nous sommes prêtres, prophètes et rois. Riches de ce baptême, nous sommes envoyés à la suite du Christ pour veilles sur ses brebis, malades ou bien portantes, heureuses ou abattues. Ne chantons-nous pas :

« LE SEIGNEUR NOUS ENVOIE POUR ANNONCER LA JOIE,

LA JOIE DE L’EVANGILE !                                                                                                        

LE SEIGNEUR NOUS CONFIE LA MISSION DE L’AMOUR,                                           

L’AMOUR DU DIEU D’AMOUR. » 

  Ainsi, Saint Pierre, envoyé en mission par le Christ pour porter la Bonne Nouvelle, se met-il à l’ouvrage et, comme Jésus, agit auprès des malades et ressuscite même une femme à Jaffa.

  Non, rassurez-vous, je ne vais pas vous demander de parcourir la campagne pour guérir les malades. Mais, forts de notre appartenance au Mouvement Chrétien des Retraités, il nous faut veiller sur les personnes qui nous entourent et, quand cela est possible, nous rendre auprès de ceux qui sont isolés. (Rappelez-vous le passage dans l’évangile de Matthieu au chapitre 25 : quand vous avez rendu visite aux malades, c’est à moi que vous avez rendu visite).

  Portez-vous bien, soyez prudents, je vous retrouverai avec joie le week-end du 23 mai, sur les ondes de RCF61, bien entendu !