61

Accueil mcr61 MCR National CIL


RCF61 Février 2021


  Bonjour, mes chers amis, je suis heureuse de vous retrouver en, cette fin février. Le froid est parti, nous pouvons davantage profiter de notre belle campagne. « Loué sois-tu, Seigneur, pour le cadeau de la nature ! »

  Certaines équipes du Mouvement Chrétien des Retraités ont repris des rencontres, en petit nombre, et cela nous fait du bien. Mais il nous faut rester très prudents tant que nous ne sommes pas vaccinés. Nous aurons alors la joie de nous retrouver en équipe, comme d’habitude.

  

  Je voudrais partager avec vous les iodées principales du message du Saint Père pour le Carême 2021. Le Carême, un temps pour renouveler notre foi, notre espérance, notre charité.

  En parcourant le chemin du Carême, qui nous conduit vers les fêtes pascales, nous faisons mémoire du Christ qui nous a aimés « devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. » Le jeûne, la prière et l’aumône proposés par Jésus sont les conditions et les expressions de notre conversion. Le chemin de la pauvreté et du manque, le jeûne, le regard et les gestes d’amour vers l’homme blessé, l’aumône, et le dialogue avec le Père, la prière, nous permettent d’incarner une foi sincère, une vibrante espérance et une charité active.

  La FOI nous invite à accueillir la Vérité et à en devenir des témoins devant Dieu et devant  nos frères. Pendant ce temps du Carême, recevoir et vivre la Vérité manifestée dans le Christ c’est d’abord se laisser toucher par la Parole de Dieu transmise par l’Eglise. Cette Parole est un message que l’on reçoit et que l’on peut comprendre grâce à l’intelligence du cœur ouvert à la grandeur de Dieu qui nous aime.

  En faisant l’expérience d’une pauvreté consentie, ceux qui JEÛNENT deviennent pauvres avec les pauvres et ils « amassent » la richesse de l’amour reçu et partagé. Le jeûne nous aide à aimer Dieu et notre prochain, il favorise le mouvement qui amène à concentrer son attention sur l’autre en l’identifiant à soi-même. Jeûner consiste à libérer notre existence de tout ce qui l’encombre, tyrop plein d’informations vraies ou fausses, produits de consommation pour ouvrir notre cœur à celui qui vient jusqu’à nous, plein de grâce et de vérité, le Fils de Dieu.

  L’ESPERANCE est une eau vive qui nous permet de continuer notre chemin. Le temps du carême est un temps pour espérer, pour tourner de nouveau notre regard vers Dieu, si patient, qui continue de prendre soin de sa création alors que nous l’avons souvent maltraitée ! Espérer avec le Christ, c’est croire que l’histoire n’est pas fermée sur nos erreurs, nos violences, nos injustices et sur le péché qui crucifie l’Amour.

  « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » nous dit saint Paul. En recevant le pardon, dans le sacrement qui est au cœur de notre démarche de conversion, nous devenons, à notre tour, des acteurs du pardon. Nous pouvons offrir le pardon que nous avons-nous-même reçu, en vivant un dialogue bienveillant et en adoptant un comportement qui réconforte ceux qui sont blessés. Parfois, pour offrir de l’espérance, il suffit d’être « une personne aimable qui laisse de côté ses anxiétés et ses urgences pour prêter attention, pour offrir un sourire, pour dire une parole qui stimule, pour rendre possible un espace d’écoute au milieu de tant d’indifférence… »

  Vivre un Carême d’espérance, c’est percevoir que nous sommes les témoins d’un temps nouveau dans lequel Dieu veut faire toutes choses nouvelles. Sachons recevoir et offrir l’espérance du Christ qui donne sa vie sur la croix et que Dieu ressuscite le troisième jour. « Soyez prêts à répondre à qui vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous » nous dit Saint Pierre.

  La CHARITE, quand nous la vivons à la manière du Christ, dans l’attention et la compassion à l’égard de notre prochain, est la plus haute expression de notre foi et de notre espérance.

  La charité est don, elle donne sens à notre vie. Grâce à elle, nous considérons celui qui est dans le manquez comme un membre de notre famille, comme un ami, comme un frère. Le peu, quand il est partagé avec amour ne s’épuise jamais mais devient une réserve de vie et de bonheur. Ainsi en est-il de notre aumône, modeste ou grande, que nous offrons dans la joie et la simplicité.

  En ce temps de pandémie, vivre un Carême de charité, c’est prendre soin de ceux qui sont dans des conditions de souffrance, de solitude ou d’angoisse. N’oublions pas la parole de Dieu pour son serviteur « Ne crains pas car je t’ai racheté ». Offrons donc, avec notre aumône, un message de confiance et faisons sentir à l’autre que Dieu l’aime comme son propre enfant.

  Chaque étape de la vie est un temps pour croire, espérer et aimer. Que cet appel à vivre le Carême comme un chemin de conversion, de prière et de partage nous aide à revisiter la foi qui vient du Christ vivant, l’espérance qui est dans le souffle de l’Esprit et l’amour dont la source inépuisable est le cœur miséricordieux du Père.

  Nous avancerons ainsi sur le chemin qui nous mène vers la lumière de Pâques.


  Voilà, mes amis, je vous souhaite un Carême plein de Foi, d’Espérance et de Charité, renouvelées par l’accueil que nous pouvons faire à la Parole de Dieu, à la visite de Dieu dans nos vies et à la place que nous faisons pour les plus vulnérables.


  Nous nous retrouverons juste avant Pâques, sur RCF61, bien entendu !